You are currently viewing Comment fonctionne la détection de métaux ?

Comment fonctionne la détection de métaux ?

Outil indissociable de l’orpailleur, de l’archéologue ou du simple amateur des quêtes au trésor, les détecteurs de métaux ont grandement facilité au cours des dernières décennies les découvertes d’artefacts de toute sorte. Pour le monde de la prospection, ils demeurent donc les premiers indispensables au côté de la carte. Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui par curiosité, se posent moult questions sur son fonctionnement. Si vous vous posez également la même question, découvrez ici tout ce qu’il faut savoir de cette invention du 19e siècle.

À lire : 5 conseils pour bien débuter

Fiche technique et fonctionnement d’un détecteur de métaux

Un détecteur de métaux comprend 03 grandes parties facilement identifiables que sont : le boitier, la canne et le disque de détection. Le boitier d’un détecteur de métaux est la partie de l’appareil équipée d’un écran ou d’un tableau de bord ainsi que d’un dispositif de haut-parleur. Pour ce qui concerne le tableau de bord, il permet l’affichage de données analysées. Ces données seront ensuite interprétées. Les haut-parleurs quant à eux servent à envoyer des bips sonores.

La canne sert de support et est directement reliée au disque de détection. Cette dernière partie renferme 02 bobines. La première dite « bobine émettrice » et la seconde dite « bobine réceptrice ». Le rôle déterminant du second consiste à réagir au champ magnétique induit par les divers objets disséminés et enfouis. Grâce aux différents instruments de mesure embarqués, le disque de détection fournit des données sur la nature de l’objet, sa taille et sa profondeur par rapport au sol.

Les types de disques de détection

Les détecteurs de métaux reposent essentiellement sur le phénomène d’induction électromagnétique, et les disques de détection y jouent un grand rôle. De ce fait, il est capital qu’en fonction de la surface ainsi que de la nature de vos recherches, vous optiez pour le bon modèle de disque. S’ils présentent certes les mêmes formes, ils ne peuvent remplir les mêmes fonctions. Il existe principalement 03 types de disques de détection parmi lesquels vous pourrez opter.

Premièrement le disque concentrique qui est le plus répandu en raison de sa précision et de sa sélectivité. Toutefois, ne couvrant pas une large surface d’analyse, il vous faudra effectuer un balayage assez méticuleux. Deuxièmement, les disques Widescan. Idéal pour les prospections en milieu minéralisé, ce type de disque dispose d’un signal puissant couvrant une grande surface. Troisièmement, les disques spider. Ce dernier offre une meilleure pénétration de sol et facilite grandement les recherches d’objets très enfouis.

À lire : Pourquoi utiliser une oreillette Bluetooth ?

L’utilisation des détecteurs de métaux : qu’est-ce qu’en dit la législation ?

Elle est passionnante la prospection, mais son utilisation reste encadrée. Il est donc conseillé de jeter un coup de lecture sur ce que dispose la loi. Si une lecture laisse en déduire que son utilisation est libre en France, elle est toutefois soumise à l’observation d’une règlementation. L’utilisation d’un détecteur de métaux doit se faire dans le strict respect de la propriété d’autrui. Autrement dit, il ne vous sera toléré des fouilles sur un domaine privé sans l’aval du propriétaire.

Aussi, pour tous travaux de prospection à but archéologique, vous devez disposer d’une autorisation. Également, en cas de découverte d’un bien pouvant intéresser l’histoire ou l’art, vous avez une obligation de déclaration qui s’impose à vous. En somme, vous ne pourrez effectuer des recherches sur des objets présentant un intérêt pour la communauté sans disposer d’une autorisation. C’est dire que vous ne pourrez vous balader n’importe où et sur n’importe quoi.

Pour plus d’informations : Découvrir le modèle de chez Amazon 

Laisser un commentaire